Témoignages

Témoins d'espérance

Découvrez les beaux témoignages de personnes engagées dans l'Eglise

 

IL EST BON DE SOUTENIR

Monique DunantQuand, à la Pentecôte, Jésus crée l’Eglise, il crée une famille d’amour et d’entraide. « Portez les fardeaux les uns des autres », nous dit la Bible. Noël est un temps particulier durant lequel nous sommes plus spécialement attentifs aux personnes endeuillées, fragilisées ou exilées. Notre pensée va aussi aux pasteurs et diacres, aux aumôniers présents au chevet des malades dans leur lit d’hôpital, auprès des migrants dans les foyers, ou auprès des personnes âgées en EMS. Très sollicités à Noël, ils font un travail remarquable. Chacun d’eux apporte de la joie ! Par une présence, une proximité, un échange… Il est bon de les soutenir dans la prière, mais aussi à travers le don. Noël en est l’occasion !

-----

 

MONIQUE DUNANT, paroissienne

UNE PORTE OUVERTE QUI A CHANGÉ MA VIE

MA VIE ROULAIT SUR UNE AUTOROUTE DE BONHEUR. J’avais terminé mes études, j’étais au début de ma vie professionnelle et… j’avais trouvé la perle rare pour partager ma vie ! J’étais donc totalement confiante dans mes capacités et dans le futur. Et là… Gabriel, le premier de mes trois enfants, est arrivé ! Tremblement de terre, tsunami, impact de météorite, ou… annonciateur d’une bonne nouvelle ?
D’un seul coup, je ne maitrisais plus rien. Mon bébé ne correspondait pas à l’image de bonheur à laquelle je m’étais préparée. Gabriel pleurait dès qu’il avait les yeux ouverts et ne dormait qu’en position debout. J’étais sûre qu’il avait mal, mais pour tout le monde, j’étais une mère stressée. Trois mois après sa naissance, j’étais au plus bas. Et un dimanche matin, à 9h00, au téléphone, ma mère me dit : « Tu prends Gabriel, tu rentres dans la première église que tu trouves à côté de chez toi et tu pries ! ». Moi ? L’Eglise? A quoi cela pourrait bien me servir ? Mais j’ai écouté. Je suis entrée dans la première église que j’ai trouvée sur mon chemin… et j’ai prié. Prié pour mon enfant. Prié qu’IL me donne la force de supporter cette situation si difficile pour moi. Et là : un apaisement. La certitude de ne pas être seule. L’assurance d’être aimée. L’assurance que Gabriel était aimé et qu’il allait recevoir tout ce dont il avait besoin. Une simple porte ouverte : c’est bien peu. Pour moi, ça a changé ma vie. Voilà ce qu’a déclenché l’Eglise. Et je le souhaite à tout le monde !

-----

EVA SIMETH, Versoix